Le blogue des jumelles de Véga

Tes cheveux sont vraiment laids. Est-ce que je peux dire ça?

Chronique No 10 · 18 avril 2016 · Catherine Lavoie

En ce merveilleux lundi d’avril , ma réceptionniste, que j’aime d’amour soit dit en passant, a fait, disons, une tentative plutôt douteuse d’essai d’une nouvelle coiffeuse. Résultats … hum comment dire. Ses cheveux ressemblent a une coupe Longueuil faite un samedi soir après 3 verres de Chardonnay, teindu en un genre de couleur deux,trois tons... assez difficile à décrire. Bref, vous vous douterez bien que c’est assez ordinaire. Non, disons-le , c’est laid. Vraiment. La couleur ET la coupe. La totale quoi!

À son arrivée au bureau j’ai pratiqué ma poker face. Solidement. J’ai évité le plus possible tout croisement de regard. Mais là, voilà mon problème : elle est réceptionniste. Donc l’image de l’entreprise. Vous me voyez venir hein? Qu’est-ce que je fais? Je lui dis qu’elle a l’air de s’être fait coiffer par un aveugle alcoolique? Je lui paie une métamorphose? J’ai le droit de faire ça ou pas?

Je suis qui moi pour dicter son look, ses goûts, sa présentation?

Ma revue légale a orienté ma réflexion : Droits de la personne, libre expression. Pas le moindre mini motif de santé ou de sécurité.

Est-ce que j’ai établi un code vestimentaire ? Oui. Mais je n’ai pas fait mention des cheveux laids. Juste des consignes générales.

Qu’en est-il de l’aspect humain. Si je la blesse profondément ? Est-ce que l’impact sur l’image de mon entreprise est à ce point atteint que je dois prendre le risque de blesser une employée en or?

J’ai souvent tendance à être ultra exigeante envers moi et donc envers les autres. Je le sais et je me soigne. L’image c’est important pour moi, pour l’entreprise. Mais là, je pense que je vais trop loin. Est-ce qu’une entreprise a déjà perdu un client pour le motif : «Désolé, votre réceptionniste, ses cheveux sont vraiment trop affreux. Je ne peux plus travailler avec vous »

Je suis à peu près sure que je n’ai pas à aller là. Que ça ne me concerne pas. Et après tout, j’exagère peut-être la situation. Je l’apprécie pour ses compétences avant tout.

Bon. Je ne dis rien. C’est décidé.

Et vous, avez-vous déjà été confronté à ce genre de dilemme?

Note de l’auteure : en réalité, elle le sait très bien que c’est un échec. ( ce n'est pas si pire que ça..) C’est elle qui m’a suggéré d’écrire là-dessus parce que même si je me trouve championne du poker face, il paraît que je suis pathétiquement mauvaise… Jusqu’à nouvel ordre, tout ce qui tourne autour du monde capillaire est un sujet proscrit entre nos murs !!

Véronique et Gaëlle sont des sœurs jumelles, alter ego de nos consultantes. Inspirées par leur quotidien, vous pourrez découvrir comment elles assument leurs fonctions respectives, leurs hauts comme leurs bas. Qui sont-elles?

Vous désirez être avisé lors de la publication d’une nouvelle chronique? Abonnez-vous à notre liste de diffusion.